Accroissement temporaire d’activité: «temporaire» = quelle durée?

Une entreprise recourt à l’intérim pour faire face à un accroissement temporaire d’activité, dans le cadre de plusieurs contrats de mission. Mais, estimant que le caractère temporaire dure un peu trop longtemps à leur goût, 2 intérimaires réclament la requalification de leur contrat de mission en CDI…

Des tâches résultantes d’un accroissement temporaire d’activité?

Une entreprise signe plusieurs contrats de mission pour accroissement temporaire d’activité avec 2 intérimaires. Mais après presque 2 ans d’intérim à disposition de cette entreprise, les 2 intérimaires réclament la requalification de leurs contrats de mission en CDI, estimant que leurs missions ne sont pas si «temporaires».

Ce que conteste l’entreprise: ces contrats de mission ont été conclus pour faire face à un premier accroissement d’activité lié à la saisonnalité de ses commandes (celles-ci étant souvent plus nombreuses entre février et mai). Ils ont ensuite été conclus pour résorber des retards importants dans l’activité de l’entreprise, engendrés notamment par l’absence de certains salariés. Enfin, ils ont été conclus pour faire face à l’accroissement d’activité lié à la migration de son système informatique.

Mais pour le juge, ces arguments ne suffisent pas à justifier que les tâches confiées aux intérimaires, affectent aux mêmes fonctions pendant près de 2 ans, résultent d’un accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise. Les contrats de mission sont donc effectivement requalifiés en CDI.

Source: Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 23 septembre 2020, n ° 18 – 24193 (NP)

Accroissement temporaire d’activité: «temporaire» = quelle durée? © Copyright WebLex – 2020