Candidature aux «prochaines» élections professionnelles = candidature «imminente»?

Une ex-salariée conteste son licenciement: son employeur n’a pas sollicité l’autorisation de l’inspecteur du travail alors qu’elle s’était portée candidate aux élections prochaines professionnelles. Encore aurait-il fallu que le processus électoral ait commencé pour bénéficier du statut protecteur, rétorque l’employeur…

Candidature «imminente» = présentée après conclusion d’un accord préélectoral?

Un employeur licencie une salariée… sans autorisation de l’inspecteur du travail, constate la salariée. Elle était, en effet, portée candidate aux prochaines élections professionnelles avant son entretien préalable au licenciement, ce qui lui confère une protection particulière, d’après elle.

Peut-être, mais au moment où elle a présenté sa candidature, le protocole préélectoral n’avait même pas été conclu, rétorque l’employeur. Cette candidature prématurée ne lui permet pas, selon lui, de bénéficier du statut protecteur accordé aux candidats aux élections professionnelles.

Sauf que le caractère imminent de la candidature n’est pas subordonné à la conclusion préalable d’un protocole préélectoral, précise le juge. La salariée bénéficiait donc du statut protecteur dès lors que l’employeur a eu connaissance de l’imminence de sa candidature avant sa convocation à l’entretien préalable au licenciement.

Source: Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 30 septembre 2020, n ° 19 – 12272 (NP)

Candidature aux «prochaines» élections professionnelles = candidature «imminente»? © Copyright WebLex – 2020