Contrôle fiscal et intérêts de retard: combien?

Lorsque l’administration fiscale envisage de rectifier le montant d’un impôt ou d’une taxe mis à la charge d’une entreprise ou d’un particulier, elle assortit ce redressement, sauf exception, d’un intérêt de retard, dont le taux vient d’être aménagé par la Loi de Finances pour 2021…

Taux de l’intérêt de retard: 0, 20%

L’intérêt de retard sera dû à partir du moment où il est établi que vous avez payé un impôt ou une taxe avec retard: l’administration, appuyée par le juge de l’impôt, justifie son application par le fait qu’il répare un préjudice financier subi par le Trésor du fait de la perception différée de l’impôt.

Appliqué automatiquement, sans avoir à être motivé, il ne s’agit pas d’une sanction au sens juridique du terme.

Pour les intérêts courants depuis le 1er janvier 2018, le taux d’intérêt de retard est fixé à 0,2% par mois, calculé sur le montant de l’impôt rectifié ou dont le paiement a été différé au-delà de la date limite qui vous était impartie.

La Loi de Finances pour 2018 a, en effet, réduit le taux des intérêts de retard de 0, 40% à 0, 20% (corrélativement, le taux des intérêts moratoires dus par l’Etat est aussi fixé à 0, 20%).

Il était prévu que cette diminution du taux s’applique pour les intérêts courants du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2020.

La Loi de Finances pour 2020 pérennise ce taux de 0, 20% pour les intérêts de retard et pour les intérêts moratoires, sans prévoir d’échéances précises pour sa révision.

Source: Loi de Finances pour 2021, n ° 2020 – 1721, du 29 décembre 2020, article 68

Contrôle fiscal et intérêts de retard: combien? © Copyright WebLex – 2021